PREFACE

La loi 90 portant liberté d’association au Cameroun n’a pas été qu’une vaine formalité législative répondant à la pression exercée sur les dirigeants africains par l’occident, de l’impérative nécessité d’instaurer le multipartisme dans leurs pays respectifs, aux lendemains du souffle ravageur des vents de l’Est . Au contraire cette loi a trouvé un écho favorableau sein d’un peuple longtemps muselé, victimes des politiques publiques impertinentes et unilatéralement élaborées, dont la légitimité ne tenait qu’à la fonction dite publique de ceux qui les élaboraient, et leurs contenus se mesurant le plus souvent au périmètre de l’entendement de leurs auteurs.

 

C’est ainsi que la promulgation de cette loi a libéré des énergies et soulevé des passions mues par l’ambition légitime des citoyens de participer à la vie publique. Une ambition noyée au cours des premières années dans des querelles partisanes entretenues par des politiciens désireux pour les uns de se maintenir aux affaires, et pour les autres, de faire flèche de tout bois pour accéder à la magistrature suprême.

 

Une fois de plus, les humbles citoyens se trouvaient embrigadés. Pour autant peu à peu, dans cet imbroglio, des forces alternatives ont su se frayer un chemin : une société civile certaine faisantde la participation et du dialogue tri-articulé le fondement de sa raison d’être a vu le jour.

 

Le RNHC à travers la Triennale des habitant qui était à sa troisième édition à Maroua en Novembre 2010 participe de cette dynamique. En effet, la reforme de la stratégie sectorielle engagé par le gouvernement camerounais depuis 2000 met un accent sur l’habitat et le logement social puisqu’il vise entre autres objectifs l’amélioration de l’offre en logement pour le plus grand nombre. Il en découle qu’en faisant de l’habitat et du logement social et partant du financement dudit logement un axe stratégique dans son domaine d’action, le RNHC s’est positionné comme un acteur sinon incontournable, du moins nécessaire aux cotés des ouvoirsp publics et du secteur marchand dans l’amélioration constante des politiques publiques d’accès des habitants des couches sociales défavorisées aux logements sociaux.

 

Les trois jours accordés à la triennale de Maroua sur le thème « Mettre la gouvernance urbaine au service du financement du logement social »ont une fois de plus servi de tribune à un dialogue pluriel où habitants, élus, pouvoirs publics, professionnels, partenaires au développement et opérateurs privé, dans une acceptation et respect mutuel ont rivalisé de savoirs savant, de savoir faire et de savoir être pour s’accorder sur une stratégiealternative pertinente de financement du logement social.

 

 

Cette démarche citoyenne impulsée par les OSC, facil tée par les partenaires technique et financier, rendue possible par les pouvoirs publiques doit être encouragée et faire école. Elle est une amorce significative visant un développement harmonieux dont la nation camerounaise à tant besoins pour l’épanouissement de ses filles et fils.

 

Pour autant, ce forum ne pourra à proprement parler intégrer les annales de l’histoire que si les parties prenantes le distingue des autres tribunes similaires où les recommandations sont rangées aux oubliettes peu après la cérémonie de clôture.L’initiative se doit d’être suivie et pérennisée.

 

Nous espérons et entretenons la conviction que ce travail de capitalisation et diffusion des actes de la troisième édition de la triennale de Maroua, Novembre 2010, participe de la tradition du RNHC de donner suite à ces différentes initiatives au grand profit des habitants de couches sociales défavorisés en faveur desquels ses actions se déploient au quotidien.

 

                                                                  Jules Dumas Nguebou

 

Président du Comité d’Initiative de la Triennale des Habitants

 

DEDICACE

La tenue effective de la troisième édition de la Triennale, Maroua 2010, n’a été possible que grâce aux efforts conjugués de plusieurs acteurs qui ont donné de leur temps, leur expertise et mis a contributions des ressources à la fois humaines, matérielles et financières. Il s’agit entre autres :

           Des membres de l’ensemble des Réseaux urbains en général et du Réseau Urbain de Maroua en particulier dont la foi militante et la disponibilité n’ont jamais failli ;

 

            Des membres du comité d’initiative qui n’ont jamais douté de la faisabilité de cette triennale et ont assuré un suivi permanent pour satenue effective ;

 

            Du SEN dont le rôle de veille et la stratégie de mobilisation humaine et financière ont été déterminants pour l’effectivité de cet événement ;

            De la CRTV qui a favorisé la communication ;

 

            De l’ONG néerlandaise Cordaid pour son apport financier ;

 

            De l’AIH pour sa représentation effective à la Triennale de Maroua ;

 

            Du PASOC pour son apport financier ;

 

            Du SCAC pour son apport financier et institutionnel ;

 

            Du FEICOM pour son apport financier, institutionnel et cognitif ;

 

            Des Délégations Régionales du MINDUH et du MINDAFed l’Extrême-Nord ;

 

            Des services du Gouverneur de la Région de l’Extrême-Nord pour son soutien politique et institutionnel ;

            Le MINDUH pour son appui institutionnel ;

 

            De la Communauté Urbaine de Maroua pour son soutien institutionnel, politique et logistique.

 

Que ces personnes, institutions et personnalités qui les incarnent trouvent ici l’expression de la profonde gratitude du RNHC et le vœu de voir ce par tenariat se renouveler.

 Equipe de rédaction complète

 Bertrand serge GUENSU, Tél: 99.62.18.06, Email: guensu2003@yahoo.fr

 Dominique ESSONO serges, Tél: 99.79.30.49, Email: dessono2000@yahoo.fr

 Pascal KAMTCHUENG, Tél: 99.82.25.98, Email:pascalshingo2@yahoo.fr

 Mme Evelyne ETIAGUE NDIPONDJOU, Tél: 73.01.30.60, Email : etiague@yahoo.fr

 Abbé ABENA Thaddée Emmanuel, Tél : 99.97.84.50, Email: thaddee2001@yahoo.fr

 Jules Dumas Nguebou, Tél :. 22 20 10 12, Email. jnguebou@yahoo.fr; rnhcrnhc@yahoo.fr

 Secrétariat et relecture

 Bertrand serge GUENSU, Tél: 99.62.18.06, Email: guensu2003@yahoo.fr

 Mr. Guy Merlin TATCHOU, Tél: 99.59.75.92, Email: taguyme@yahoo.fr

 

      On ne sait pas où on va, mais on va quelque part ». Cette déclaration aux allures de crédo militant avait été prononcée par un éminent professeur d’université, égyptologue de spécialisation, Marc-Brunot Mayi, invité au tout premier « colloque » organisé à la paroisse de la cité-verte de Yaoundé par le RIAHC, qui enfantera et mettra sur la scène du développement local camerounais, quelques années plus tard, le RNHC. Ces mots venaient à point nommé donner le ton d’une note harmonieuse dans une symphonie dissonante à mi-parcours d’un co lloque organisé à l’emporte pièce sous fond d’amateurisme bienveillant teinté d’opportunisme outrecuidant ; dissipant pour ainsi dire toute appréhension défaitiste et balisant par la même occasion des sentiers futuristes à emprunter avec optimisme par le RNHC. Nous sommes en 1997.

 On pourrait alors sans grande marge d’incertitude affirmé que c’est ce crédo,en apparence paradoxale, qui a déblayé le parcours du RNHC durant la dernièrdécennie.

 En effet, le RNHC en pleine gestation sous la houlette de ASSOAL ,n’avait en 1997 pour armes et bagages que l’intuition, l’imagination créatrice et l’enthousiasme débordant d’une jeunesse estudiantine désireuse de marquer d’une tâche indélébile sa participation à la vie associative, aux formations et informations, à la promotion de la co nnaissance des droits et devoirs des femmes sur leur autonomie, à l’apprentissage de la décentralisation, la redynamisation de la jeunesse, l’accès au service sociaux de base, la défense des droits économiques sociaux et culturelles.

Près de quinze ans après, non sans avoir connu des faiblesses et surtout d’innombrables conflits, à l’enthousiasme et amateurisme fonctionnels du départ, s’est substitué un professionnalisme conséquent qui rend plus que jamais pertinentes, visibles et lisibles les actions du RNHC, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Ces actions reposent sur une vision commune, des missions, des valeurs et stratégies :

 A titre de vision, le RNHC rêve des villes au sein desquelles les organisations d’habitants inter agissent avec les gouvernements locaux, le gouvernement national et les entreprises du marché, pour que se structurent les quartiers défavorisés et spontanés et que chaque citoyen jouisse et respecte les droits sociaux, économiques et culturels de l’ensemble de la communauté.

 Ici, les membre s’affirment comme étant des habitants du Cameroun, sans distinction de race, de culture, de région, de religion, de sexe .Ils travaillent pour construire une parole solidaire des habitants qui tienne compte de la diversité socio-économiqueet culturelle du Cameroun ;une parole concertée, identifiable, reconnue et prise en compte dans les politiques publiques locales et nationales de développement ; des politiques publiques (coproduites, cogérées et suivies de façon participative) qui apportent des réponses et des changements visibles dans le respect des droits sociaux, économiques et culturels des habitants.

 Entre autres valeurs partagées par ces membres du RNHC ,figurent en pôles place le devoir de participation et de solidarité, d’échange d’information et d’expériences, de gratuité et de diffusion,de militantisme, de reconnaissance mutuelle, d’équité et de représentativité ,de démocratie et de transparence…

 Aussi, le RNHC a fait le choix de mobiliser et de structurer les habitants des quartiers défavorisés autours des enjeux de la participation et du progrès collectif ;de stimuler la réflexion, la capitalisation et le partage des expériences, des connaissances etdes informations nées de l’action et utiles à l’action citoyenne et publique ;d’organiser les initiatives de revendication et de défense des droits sociaux, économiques et culturels des habitants ; de structurer les espaces de dialogue et de concertation entre les habitants, les élus locaux, les promoteurs privés et les pouvoirs publiques en général ; d’accompagner et de développer en vue de l’appropriation des initiatives qui concourent à la démocratisation de l’accès des habitants aux services sociaux de base, de l’habitat et du logement.

 Cette  approche  qui  repose  sur  des  axes  stratégiques tels  que(i)  la  mobilisation,  l’animation,  la structuration, la communication(MASC) ;(ii) le plaidoyer et le suivi des DESC ;(iii) le renforcement des capacités et accompagnement ;(iv) la mobilisation et la pérennité financière, confère aujourd’hui au RNHC une autonomie et une force mobilisatrice manifeste dans le paysage des réseaux d’organisations de la société civile au Cameroun. Cette notoriété qui n’est pas figée une fois pour toute appelle un effort permanent, plus d’inventivité pour maintenir haute la flamme du RNHC .La troisième édition de la Triennale de Maroua 2010 participait entre autres objectifs à ce défis.

 B .Serge Guensu CTO RNHC

 

Actes de la Triennale des Habitants Édition 2014 à Maroua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *